Si nos plus jeunes lecteurs ont bien dans les librairies un espace qui leur est consacré où leur choix et celui de leurs parents peuvent être guidés par des prix couronnant les productions les plus significatives,  nos aînés n'ont rien à se mettre sous le dentier de ce point de vue: pas de rayon « littérature 3ème âge », voire « 4ème âge », pas de prix récompensant les ouvrages dont l'absence de vigueur, la pusillanimité et l'étroitesse d'esprit siéraient fort aux cervelles s'endormant doucement dans la dégénérescence sénile.
C'est tout simplement scandaleux !
Un segment entier de notre politique culturelle est ainsi laissé en friche. Le prix « littérature vieillesse » entend remédier à cet état de fait.

Ce prix récompensera les ouvrages de littérature molle et peureuse, frileuse et débilitante, ennuyeuse et niaise. Brefs, les textes idéaux pour radoter au fond de son lit ou dans son fauteuil en bavotant un peu et en geignant beaucoup.
Il n'y aura pas de condition d'âge minimum pour concourir et être couronné, tant certains, dès leur premier roman – voire leur première dissertation – semblent déjà avoir trouvé leur véritable public sans – il faut bien le reconnaître – oser se l'avouer. Avec ce prix, il pourront enfin revendiquer haut et fort le lectorat auquel ils s'adressent Comme la « littérature  jeunesse » peut être lue à tout âge, il n'est pas d'âge pour lire la «littérature vieillesse» tant le ramollissement des viscères cérébrales est la chose la mieux partagée entre les générations. Le jury sera composé de la façon suivante :
Président : Mr Léger Péril. Membrés : Mr Théophile de Giraud, Mr Théo Poelaert, Mr  Pierre Charmoz, le Rt André Stas, Mr Laurent D’Ursel. Secrétaire : Dr Lichic
Les nominés et primés seront proclamés à l’occasion des Grandes Agapes Annuelles de la Brucellôse.

 



Remise tardive du Prix Littérature Vieillesse.